blogocite

Grossesse et arrêt du tabac : 6 conseils pour ne pas rechuter après l’accouchement

vapotage

Suite à l’annonce de leur grossesse, les femmes qui fument veulent se prendre en main pour préserver la santé de leur enfant. C’est un acte à la fois nécessaire et courageux. Cependant, la motivation ne fait pas tout. Le risque de rechute est d’autant plus élevé une fois l’accouchement effectué. Voici des conseils à mettre en pratique pour éviter la reprise de la cigarette !

1. Se tourner vers la vapoteuse pour continuer ce sevrage tabagique

Si la reprise de la cigarette est imminente, il est inutile de culpabiliser. Le parcours du sevrage tabagique peut être semé d’embûches. L’essentiel est d’avoir conscience de cette difficulté à faire face au manque. Dans ce cas, la cigarette électronique semble être une solution. Le vapotage a été reconnu comme étant une alternative au tabac qui présente moins de risques pour la santé. En effet, les e-liquides n’entrent pas en combustion, ils s’évaporent dans l’air sous forme de gouttelettes. Les utilisateurs ont le choix entre de nombreux arômes, pour varier les saveurs. Néanmoins, il faut garder à l’esprit que ce dispositif est censé être un substitut temporaire pour la maman.

2. Éviter la reprise en repérant les risques d’une dépression post-partum

La Haute Autorité de Santé a eu l’occasion de publier des chiffres qui établissent le même constat : près de 30 % des femmes risquent de souffrir d’une dépression après un accouchement. Ainsi, cette période post-partum provoque une perte de confiance en soi, de la fatigue intense ou un désintérêt global. Il est alors compréhensible qu’une ancienne fumeuse soit tentée d’allumer une cigarette en réponse à cet état émotionnel. Les mamans doivent être accompagnées par des professionnels de santé pour prévenir ce risque. Si cela ne suffit pas et à la moindre suspicion de troubles dépressifs, il convient d’en parler. Le tabac n’est pas la solution et risque d’entretenir ce mal-être.

3. Ne pas rechuter grâce à l’accompagnement d’un professionnel de santé

Une des clés concernant la réussite d’un sevrage tabagique est l’accompagnement. Cela en vaut en réalité pour n’importe quelle personne. Toutefois, une femme qui vient d’accoucher a vécu une épreuve marquante. Elle peut passer par de nombreuses émotions et ces dernières sont souvent décuplées à cette période. De plus, la nicotine présente dans la cigarette agit comme une drogue et appelle un individu à en consommer pour combler un vide. Pour ne pas rechuter après la naissance de l’enfant, le soutien moral d’un professionnel de santé est tout indiqué. Il déterminera aussi un suivi personnalisé, qui prend en compte les habitudes de la mère. Le traitement sera alors adapté et augmentera les chances d’aller au bout de ce sevrage.

4. Utiliser des substituts nicotiniques pour que la maman ne craque pas

Il n’y a pas de mal à ressentir le besoin d’utiliser des substituts nicotiniques lorsque l’on souhaite arrêter de fumer. Les spécialistes affirment même qu’ils sont une aide précieuse pour limiter les effets du manque. La maman a pu y avoir recours durant sa grossesse pour supporter l’envie de fumer. Il est alors fortement conseillé de poursuivre ce traitement nicotinique après l’accouchement, tant que la pression ne s’en va pas. Le médecin traitant de la maman peut l’aider à choisir la forme de substituts ainsi que le dosage qui convient. La bonne nouvelle, c’est que ces substituts sont remboursés par l’Assurance Maladie s’ils sont prescrits sur ordonnance.

5. Se rappeler régulièrement pourquoi l’on a arrêté la cigarette

Les baisses de motivation sont fréquentes, car l’arrêt de la cigarette est une véritable épreuve que l’on fait subir au corps et au mental. Il existe par ailleurs de nombreuses raisons qui poussent une future maman à ne plus vouloir fumer en vue de sa grossesse. Ainsi, chacune a les siennes et il est important de se les remémorer quand un coup de mou survient. La santé du bébé est souvent la raison qui incite la mère à ne plus consommer de tabac. La période de l’allaitement au sein aide notamment à poursuivre dans cette voie. Les mamans qui donnent le biberon ont plus de risque de rechuter. Dans tous les cas, il est essentiel de garder en ligne de mire ce pour quoi on se bat.

6. Fuir les situations de stress inutiles pour tenir la cigarette éloignée

Accueillir un bébé dans sa vie est un événement marquant qui chamboule beaucoup de choses. Le stress n’est jamais bien loin, car les parents ne veulent pas faire d’erreur. Une cigarette ou deux pourraient alors soulager cette tension. Il s’agit évidemment d’une idée reçue. Pourtant, bon nombre de personnes rechutent lorsqu’elles vivent une situation stressante. Pour son bien-être général et celui de son enfant, la maman doit éviter de s’exposer autant que possible à des situations désagréables. Pratiquer une activité physique peut être un bon moyen de relâcher les tensions et d’évacuer un trop-plein d’émotions. La frustration de ne pas pouvoir fumer une cigarette est alors redirigée vers cette pratique sportive.

Quitter la version mobile