La tendance en location immobilière

Au cours de l’année 2016 le nombre de baux signés a en effet augmenté, et ce en dépit des disparités qui ont été observées suivant les régions. A Paris plus précisément, on a pu constater que le nombre de demandes de logements avait  augmenté, par rapport aux loyers toujours orientés à la stabilisation, voire à la baisse pour certains.

La baisse des prix de location

Selon l’INSEE, depuis 2011, une hausse mesurée des loyers généralement inférieure à celle des prix a été remarquée, environ 0,8%. Cela s’explique par le recours de beaucoup de propriétaires à cette solution, résolument sécuritaire, qui les protège des risques d’impayés, souvent difficiles à gérer sur le plan économique.

Mais autant de bonnes raisons incitent les propriétaires à faire appel à un professionnel reconnu pour choisir le bon locataire.

La colocation gagne du terrain

Paris est la ville qui occupe la tête du podium en matière de recherche locative, après Lyon et Bordeaux. Quant à Toulouse et Montpellier, elles arrivent respectivement en quatrième et cinquième position. Une étude d’experts a montré que Marseille et Nice sont classés 2eme et 5eme ville en termes de population.

Grâce au marché étudiant, Bordeaux, Toulouse et Montpellier sont en tête de liste derrière Lyon et Paris. Si les appartements de deux-pièces qui offrent une chambre indépendante, sont les plus prisés, les petites surfaces telles que les studios ou appartements d’une pièce avec cuisine séparée arrivent en tête et représentent près de 40 % des locations réalisées en 2015.

Néanmoins, l’alternative de la colocation, c’est à dire le fait de louer à plusieurs un logement est la plus ancrée dans les mœurs des Français et gagne de plus en plus du terrain notamment les grands appartements à 2 pièces et un salon.

Les loyers selon la zone géographique

Selon l’Observatoire le loyer moyen au niveau national a été évalué à 624 euros charges comprises. Le loyer charges comprises en Ile-de-France est en moyenne 54 % plus élevé qu’en province. Cette différence a même atteint 80 %.  Dans la Grande Couronne parisienne, le loyer au m2 s’accroit plus de 2,65 % pour un montant de 760 euros. Dans la petite Couronne, par contre, il reste stable avec un montant de 884 euros. Et à Paris intra-muros, le niveau moyen des loyers a plutôt tendance à baissé de 2,15 % sur un montant moyen de l’ordre de 1014 euros. Avec un budget de 624 euros, un locataire a la possibilité de se loger dans un studio de 15 m2 à Paris alors qu’il peut disposer d’un appartement de trois-pièces de 71 m2 à Saint-Etienne au même prix.