Vivre avec l’anxiété et la dépression !

Tous ensemble, coexistent comme deux entités sombres de la même pièce : l’anxiété et la dépression. Vivre sous la domination absolue de ces deux conditions limite complètement la qualité de la vie. Ainsi, dans le domaine de la santé mentale, cette réalité est bien connue, puisque environ 60 % des personnes souffrant de dépression souffrent également d’un trouble anxieux.

Ce n’est pas une question anodine, en effet, les symptômes cliniques associés à ce type de trouble psychologique peuvent devenir chroniques dans de nombreux cas. Soit en ne cherchant pas d’aide spécialisée, soit en ne disposant pas d’un diagnostic valide et adéquat, il est courant que nous trouvions de nombreux patients qui atteignent cet extrême où apparaissent des idées suicidaires.

Irritabilité, malaise, anhédonie, sentiment de culpabilité, sentiments négatifs, désespoir… Le quotidien de cette personne aux prises avec l’anxiété et la dépression devient progressivement un stade de sables mouvants où l’on s’enfonce davantage à chaque instant.

Il s’agit de situations très complexes qui nécessitent la meilleure assistance, les meilleures approches thérapeutiques pour répondre à un fait sans doute de plus en plus fréquent.

Ainsi, dans bon nombre de ces cas, nous sommes en présence d’un trouble mixte anxio-dépressif. Il s’agit d’une réalité clinique dans laquelle convergent divers symptômes, diverses caractéristiques que les professionnels doivent identifier le plus rapidement possible.

Anxiété et dépression dans le trouble anxio-dépressif mixte

Le lien entre l’anxiété et la dépression est bien connu dans le domaine psychologique et psychiatrique. De plus, des experts en la matière, comme David Barlow, directeur du Center for Mood Disorders de l’université de Boston, nous disent que même d’un point de vue neurobiologique, ils semblent partager les mêmes processus.

Des études, comme celle menée à l’université Emory (Atlanta, États-Unis), sont révélatrices. Les deux réalités auraient leur origine dans notre amygdale cérébrale. C’est-à-dire que cette structure dans laquelle se trouve notre « centre de la peur » est parfois trop réactive. Cela entraîne, par exemple, que tout événement ou stimulus est vécu de manière disproportionnée, accompagné d’émotions négatives très intenses.

Avec la dépression, notre réalité est figée. Suspendus dans un état dans lequel nous nous sentons à la fois impuissants et désespérés. Mais cette peur excessive nous pousse à son tour à anticiper les idées, à voir le lendemain avec beaucoup d’anxiété, d’angoisse et de désespoir.

D’autre part, la raison pour laquelle nous développons ces conditions ou la raison pour laquelle nous sommes plus sensibles à les subir serait, pour de nombreux experts, un facteur de prédisposition (génétique), qui s’ajouterait au contexte qui peut nous entourer et à notre manque d’outils face à différentes circonstances.

Quels sont les symptômes du trouble mixte anxio-dépressif ?

La première question qui peut venir à l’esprit est la suivante : si je souffre d’anxiété et de dépression, suis-je alors atteint d’une sorte de trouble psychologique ? Avant de répondre à cette question, nous devons comprendre que nous sommes tous susceptibles de faire l’expérience de ces réalités à certains moments.

Le problème se pose lorsque ces états deviennent persistants et apparaissent ensemble. Les manifestations cliniques doivent coexister de façon permanente (plus d’un mois) et au même degré. En outre, il est nécessaire que ces caractéristiques apparaissent à tour de rôle :

D’autre part, ce qui est le plus frappant dans cette affection, c’est l’extrême auquel peuvent arriver de nombreux patients : manque d’hygiène, isolement social, impossibilité d’aller travailler… Les données épidémiologiques nous apprennent que seulement 50 % des personnes qui souffrent de ce trouble sont diagnostiquées dans le cadre des soins primaires (soit parce qu’elles ne s’y rendent pas, soit parce qu’elles ne sont pas orientées vers des professionnels spécialisés).

Comment traite-t-on les troubles anxio-dépressifs mixtes ?

L’approche thérapeutique dépend de nombreuses variables, mais s’il en est une importante, c’est bien la réalité personnelle de chaque patient. Il y aura ceux qui présentent une symptomatologie légère et qui bénéficient donc d’une approche psychologique. Dans d’autres cas, ceux où la situation est plus grave, l’intervention psychologique sera complétée par une intervention pharmacologique.

Dans tous les cas, il est préférable que les patients bénéficient d’une approche multidisciplinaire, où, par exemple, les aspects sociaux, de soins et même de psychoéducation ne sont pas exclus. La personne souffrant d’un trouble mixte anxio-dépressif a besoin d’un soutien aussi important que possible. Il s’agit donc des stratégies les plus courantes :

Enfin, il n’y a qu’un seul aspect à mentionner. Nous devons garder à l’esprit que de nombreuses personnes souffrent d’anxiété et de dépression. Néanmoins, le fait qu’elles apparaissent avec la même intensité, donnant lieu à un trouble anxio-dépressif mixte, est quelque chose de plus particulier qui, malheureusement, n’est pas toujours identifié de manière adéquate. Par conséquent, n’hésitez pas à demander une aide spécialisée pour avoir toujours la meilleure réponse, la meilleure attention et les meilleurs conseils.