Traitement d’angoisse : est-il conseillé d’opter pour le médicament Lexomil pour retrouver le sommeil ?

Traitement d'angoisse

L’insomnie est un cas courant de trouble du sommeil. Elle demande un traitement spécifique pour chaque cas. La première action à entreprendre est d’en connaître les causes. Si le trouble se résout de lui-même après quelques jours, aucun traitement médicamenteux n’est requis. En revanche, si ce dernier persiste, l’usage de somnifères comme le lexomil peut être recommandé par un médecin. Ces médicaments sont d’une grande aide à court terme pour retrouver le sommeil, mais ne prennent pas en charge la source de l’insomnie. Retrouvez les points importants à noter à ce sujet.

Zoom sur l’insomnie

Quatre Français sur cinq souffrent de trouble de sommeil ou qui a du mal à s’endormir. On compte près de 20 % de la population affectée par une insomnie chronique et sévère. Le cycle de sommeil ainsi que la capacité d’endormissement de l’individu sont largement réduits. L’insomnie se manifeste par une difficulté à trouver le sommeil, avec ou sans fréquence de réveils, durant la nuit. Pourtant chez quelques personnes, elles parviennent à se lever très tôt ou dormir tard pour ensuite avoir une bonne qualité de sommeil.

Les origines de l’insomnie peuvent être plusieurs. On parle souvent de facteurs psychologiques, physiologiques et environnementaux en cause des divers troubles du sommeil. Le plus courant reste les origines psychologiques : angoisse, stress, anxiété ou dépression. De nombreuses personnes à bout de leurs différentes nuits blanches ont eu recours au médicament lexomil pour dormir.

Les conséquences de cette affection sur le quotidien sont très marquantes. Les sensations de fatigues s’enchaînent par manque de sommeil réparateur, la somnolence se fait sentir au cours de la journée et les troubles de la mémoire et de l’attention sont également présents. Pour les travailleurs de jour ou les étudiants, la concentration est fortement impactée. Des maux de tête se font ressentir fréquemment, qui peuvent être associés à un état de nervosité et irritabilité. Et bien évidemment, le manque de sommeil peut entraîner facilement un état d’angoisse et d’anxiété permanent, si aucune mesure n’a été prise.

Le Lexomil contre les insomnies

Le lexomil fait partie de la classe des somnifères de la famille des benzodiazépines. Il est sous forme de cachets sécables à avaler avec un verre d’eau. Il s’agit d’un anxiolytique ayant des effets prouvés sur les troubles du sommeil, et apparemment efficaces pour mieux dormir. La majorité des anxiolytiques sont à la catégorie des benzodiazépines, très prisée pour leur effet instantané comme le lexomil effet immediat. Ils ont pour but de limiter la connexion entre plusieurs cellules nerveuses pour réduire l’anxiété afin d’améliorer le sommeil. Dans un premier abord, il s’agit surtout d’alléger les symptômes, et laisser le cycle reprendre petit à petit.

Ces traitements médicamenteux sont intéressants pour dominer certaines situations, mais ils n’apportent pas de guérison totale sur l’anxiété. Leur utilisation est généralement limitée à quatre semaines. Dans de cas plus rares, elle est poussée jusqu’à douze semaines. Leur prescription se fait en priorité pour les individus affectés par une crise d’angoisse aiguë, et éventuellement pour les personnes souffrant d’anxiété chronique.

Pour les troubles d’angoisses qui ne sont pas maîtrises pendant les périodes de traitement, d’autres options de thérapie doivent être envisagées. En fonction des cas présents, il peut être bénéfique d’entreprendre une thérapie comportementale et cognitive, un traitement antidépresseur ou opter pour des méthodes de relaxation.

Les effets secondaires constatés

Le lexomil pour dormir est efficace pour retrouver pas à pas une qualité de sommeil optimale. Toutefois, en tant qu’anxiolytique de la famille des benzodiazépines, il peut provoquer des effets secondaires. On note à cela la somnolence, plus ou moins importante selon les personnes, qui conduit à des interdictions de manœuvrer un quelconque véhicule. Des troubles de l’équilibre peuvent également survenir ainsi qu’une perte de concentration. Chez les seniors, les possibilités de chutes sont imminentes.

Comme pour quelques types d’antidépresseurs et de somnifères, une utilisation prolongée peut mener à une accoutumance, puis à la dépendance. Lorsque cette situation se produit, le fait d’interrompre brutalement le traitement engendre facilement, ce que l’on appelle un syndrome de sevrage. Il s’agit d’un ensemble de  troubles aggravés du sommeil suivis de cauchemars, d’agitation, de maux de tête, des malaises, de l’irritabilité, des tremblements, des nausées, des sueurs froides et des troubles du système digestif.

Pour que le sevrage soit réussi, il est essentiel que l’arrêt soit réalisé d’une façon progressive et sous la surveillance d’un médecin. En fonction de la caractéristique de la molécule et du dosage consommé par le patient, le médecin peut recommander une autre molécule de remplacement afin de réduire les posologies ainsi éviter la dépendance. À noter au passage que la combinaison de tous types d’anxiolytiques avec des boissons alcoolisées est fortement défendue.

Les consignes d’utilisation du médicament

Pour ceux qui se demandent sur le lexomil effet au bout de combien de temps, il faut d’abord respecter la posologie prescrite par le professionnel de la santé. Pour un adulte, en général, 6 mg par jour est suffisant. Ce dosage est ensuite partagé en 1/4 de comprimé à prendre le matin, 1/4 de comprimé avant ou après le repas de midi et 1/2 comprimés le soir avant le coucher. La proportion peut être augmentée dans des cas très rares. Les cachets sont sécables en 4 avec des petites marques visibles dessus afin de mieux distinguer les différentes prises quotidiennes.

Ce médicament est exigé dans une situation bien distincte pour une personne bien précise. Il est déconseillé de le recommander à un autre individu ayant des symptômes similaires ou le réutiliser plus tard. Un avis médical est toujours de rigueur.

La durée du traitement des anxiolytiques doit être la plus brève possible. Dans certaines circonstances, la prescription peut être poursuivie pour quelques semaines de plus. La décision appartient exclusivement au médecin si la prise sera réduite ou prolongée. Le lexomil n’est pas conseillé en cas de grossesse sans l’avis d’un professionnel. De la même manière qu’un traitement à base de benzodiazépine, peu importe le dosage, peut causer des effets secondaires chez le nourrisson. Ce médicament passe également dans le lait maternel, si sa prise s’avère être nécessaire, il est alors déconseillé d’allaiter.

Les autres alternatives

Dans le cadre d’un débat sur le lexomil avis, la majorité a conclu qu’un changement d’habitude est surtout requis pour retrouver des nuits paisibles. A cet effet, l’étape de l’endormissement est fondamentale. Pour les Français, ils mettent en moyenne une trentaine de minutes à s’endormir. Selon les recherches, il est essentiel de se coucher uniquement quand l’envie se fait sentir. Si vous tentez de dormir, mais sans résultat après dix à quinze minutes, il est inutile de lutter et mieux vaut se relever pour se rendormir quand l’envie revient.

Il faut également bannir les divers facteurs pouvant maintenir le cerveau éveillé comme le tabac, l’alcool ou la caféine. À la limite, la dernière consommation doit se réaliser avant 17 h. Les activités physiques intenses sont à éviter au-delà de 18 h. Les écrans pendant la soirée ou avant de se coucher sont de très mauvaises habitudes, puisqu’ils vont entraîner un surmenage au niveau des yeux, qui provoquent à son tour une difficulté à trouver le sommeil. La rétine, étant encore stimulée, envoie en un message au cerveau comme s’il faisait encore jour à cause de la lumière. Ce qui signifie pour le cerveau que ce n’est pas encore l’heure de se coucher.

Les techniques de relaxation peuvent aussi être une bonne alternative. L’objectif est de détacher les différentes tensions nerveuses et musculaires. De cette manière, il est plus simple de s’endormir rapidement sans cette sensation de lourdeur qui envahit corps et esprit. En conclusion, il n’y a pas que les sédatifs qui sont les seules solutions à l’anxiété : une meilleure hygiène de vie, une consommation mesurée d’excitants sont également capitales pour limiter le stress. La psychothérapie est aussi un moyen efficace pour combattre l’anxiété sur le long terme.